Pour celles et ceux qui n’ont pas pu assister à la réunion publique d’information du 30 septembre dernier sur le projet minier de Fontrieu, nous mettons à disposition une retranscription de toutes les interventions.

Les mots et phrases sont retranscrits tels quels, sans filtre ni correction. Si vous avez des questions, ou des réflexions concernant le document, vous pouvez nous écrire en passant par le formulaire prévu sur notre site Internet. Un extrait :

« Concernant l’emploi des produits toxiques, nocifs etc…je n’ai rien caché, le traitement des minerais peut utiliser des produits plus ou moins toxiques, plus ou moins dangereux, oui c’est connu et il y a pas à s’en cacher. Enfin je veux dire, vous utilisez tous des véhicules, ces véhicules ont été construits à un moment ou à un autre BRUITS DE FOULE ça ne veut pas dire, l’actualité ne me donne pas raison, vous avez tous vu l’incendie à Rouen, les activités industrielles comportent des risques […] Il y a une partie du périmètre qui n’a pas fait l’objet d’une reconnaissance jusqu’à présent mais qui est supposé, d’après les modèles géologiques qui ont été reconstitués, supposé une extension. Vous dire aujourd’hui où sera ou serait une éventuelle exploitation, on en sait rien. Est-ce que ça sera le ciel ouvert ? pas ciel ouvert ? à tel ou tel endroit ? une entrée en souterrain ? APPLAUDISSEMENTS je sais pas à quoi je dois attribuer ces applaudissements »…
Télécharger/visualiser la totalité du document en cliquant ici !

Mr Folliot s’est récemment drapé d’une robe d’avocats, pour voler au secours d’une tranquillité des esprits soit-disant malmenée sur notre affaire de mine de tungstène locale.

Si son absence le jour de la réunion publique à Biot le 30 septembre n’a pas échappé aux personnes présentes, notre député aurait toutefois gagné à écouter de ses propres oreilles les propos entendus par toutes et tous lors de cette réunion. Las, il semble que le rapport qui lui en a été fait ait été pour le moins approximatif, si l’on prend pour hypothèse acquise sa bonne foi.

Premières approximations de Mr FOLLIOT : « le représentant du ministère de la Transition écologique et solidaire n’a éludé aucune question quant au dimensionnement du projet – petit –, ses implications environnementales, les structures qui seront développées s’il se réalise, sa gouvernance (rôle du ministre de l’Économie et du préfet du Tarn, suivi par un comité consultatif indépendant) etc. »

Faux.

Ni le dimensionnement du projet en terme d’infrastructures, ni leur positionnement, ni les implications environnementales n’ont fait l’objet d’explications suffisantes. Se cantonnant quasi-constamment au fait qu’il ne s’agissait que d’exploration, Mr Galin a concédé l’usage de produits dangereux et toxiques pour le traitement du minerai. En revanche, aucune information ou explication n’a été donnée sur les infrastructures et leurs implications si ce projet est validé : positionnement de l’usine de traitement, volume considérable d’eau pour le traitement, emplacement des verses de stériles miniers, emplacement des digues de stockages des boues de traitement, etc… Si les interrogations sur les conditions d’exploitation ont été « éludées » par les intervenants, ce fut pour confirmer que cette entreprise était bel et bien là pour « gagner de l’argent ». Sachant que l’exploration coûterait à Tungstène du Narbonnais quelques 10 à 11 M€, c’est implicitement reconnaître le but de cette affaire de mine : EXPLOITER.

Faux encore : comité consultatif indépendant ? QUID ? Cela n’apparaît nulle part !

Approximations encore : « Lors de la séance de questions/réponses, ces interlocuteurs ont tour à tour répondu aux interrogations et apostrophes des participants, et notamment des élus locaux et des associations et citoyens opposants au projet. »

Faux aussi :

Des questions précises sur l’ancienne mine voisine de Montroc, initialement évoquée par Mr Le Préfet comme exemple à promouvoir, ont été posées sans que soient apportées en séance des réponses : que signifie ‘installation hydraulique de sécurité’ dans l’arrêté préfectoral, ? où seront stockés les déchets de traitement des eaux d’exhaure une fois le site d’entreposage de Montroc saturé, etc. ? Il a été convenu que les réponses seraient apportées par écrit notamment au collectif Stop Mines 81. Dans tous les cas, elles ne l’ont pas été en cours de réunion, alors que ces problématiques sont directement transposables au projet de Fontrieu.

Approximation encore : la lettre de Mr FOLLIOT au Ministre de l’Économie (6 juin 2019) fait part du « permis de recherches visant à identifier la présence en sous-sol de Tungstène ». Mais nul besoin de travaux pour « identifier la présence du tungstène »  : sa présence est connue depuis des décennies, elle est mentionnée à de multiples reprises dans les documents même de Tungstène du Narbonnais et il a même existé au siècle dernier un permis d’exploitation (sans suite donnée heureusement) !!

Approximation toujours, et même une forme de lapsus dans la réponse du Ministre de l’Économie Mr LEMAIRE , mais qui finalement répond implicitement à l’interrogation de notre député sur la présence ou non de tungstène dans le sol: dans sa réponse du 8 août 2019, il ne parle même plus de permis de recherche, mais bien de « permis exclusif de mines « ‘La Fabrié’ ».

Approximation une fois de plus, quand notre député écrit : « Pour ma part, j’ai pris une position claire, en cohérence avec mes attitudes passées, qui consiste à accepter le principe des études de faisabilité de tous projets, de l’analyse des ressources et de compréhension des conséquences tant économiques que sociales et environnementales d’une initiative de ce type. » C’est méconnaître dans son ensemble la mécanique administrative de ce type de dossier, et méconnaître le contenu du dossier même. Il ne s’agit pas ici d’étude de faisabilité. Si le gouvernement octroie le permis de recherche, le permis d’exploiter sera réservé à Tungstène du Narbonnais. Ce dernier déposera une demande dans cette optique dès que possible, comme mentionné au demeurant dans leur mémoire de demande d’octroi (tome II page 68).

Approximation enfin quand notre député dit :  « C’est uniquement à l’issue de ce processus et avec tous les éléments en ma possession que je me prononcerai définitivement sur ce projet. Le légitime principe de précaution ne doit pas être prétexte à blocage pour empêcher de donner une perspective à notre territoire de montagne que j’ai sans relâche et toujours défendu. »

Le principe de précaution n’est pas seulement légitime, c’est un principe LÉGAL, inscrit dans la constitution :  » La révision constitutionnelle entrée en vigueur le 1er mars 2005 a introduit dans la Constitution la Charte de l’environnement dont l’article 5 définit les modalités d’usage du principe de précaution : mise en place de procédures d’évaluation des risques et de mesures de protection provisoires et proportionnées pour parer à d’éventuels « dommages graves et irréversibles à l’environnement », lorsque les connaissances scientifiques ne permettent pas d’en écarter le risque. » (https://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/evaluation/principe-precaution-mieux-encadrer-mise-oeuvre.html).

Notre député devrait réviser ses classiques, ce qui est à considérer comme la moindre des choses pour une telle fonction. On conçoit aisément que ce principe devient gênant lorsqu’on a décidé de soutenir les ardeurs d’extraction minière du gouvernement que l’on cautionne…
S’agissant de la « perspective » que l’on veut donner à « notre territoire », il me semble qu’elle est tracée depuis longtemps sans mine, et que c’est d’abord aux habitants d’en décider, pas à notre député.

Évidemment, considérer a priori un projet extractiviste comme source de progrès pour son territoire n’est pas contraire à la loi, et constitue une position qu’il convient de respecter en tant que partie intégrante du tableau bigarré des opinions sur le sujet.

Tout un faisceau d’indices nous montre la tournure que semble prendre cette affaire.

Un seul exemple.

Mr Rémi GALIN, qui est venu prendre une part active dans la réunion du 30 septembre, notamment représentant du Ministère de la transition écologique et solidaire et membre permanent du Comité pour les métaux stratégiques (C.O.M.E.S.), connaît très bien Mr Alain LIGER, l’un des directeurs de Tungstène du Narbonnais, qui a été notamment secrétaire général dudit COMES, co-coordinateur au titre du Ministère de l’économie avec Mr GALIN lui-même de la collection « la mine en France » (http://www.mineralinfo.fr/page/mine-en-france-letat-lart).

Ce même Alain LIGER qui a été commissionné dans ce cadre par un certain Emmanuel Macron, alors dans les fonctions de Ministre de l’Économie :
http://www.mineralinfo.fr/actualites/emmanuel-macron-installe-groupe-travail-qui-va-definir-mine-responsable
et à l’époque « spécialiste des questions minières au conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies », organisme qui doit rendre un avis à Monsieur le Ministre sur notre « projet de mine ».

Non, il ne s’agit pas d’études. La réponse de Mr Le Ministre à l’endroit de Mr la Maire de Fontrieu (https://www.fontrieu.fr/sites/fontrieu.fr/www.fontrieu.fr/files/inline-files/doc07255220190918104156.pdf) le dit : « le projet concerne le tungstène qui est une substance stratégique. Il importe que la France soit en mesure d’étudier les possibilités de développer des projets miniers responsables sur son territoire. »

Le gouvernement veut développer des projets miniers !

Mr Folliot a le droit, comme quiconque en tant que personne, d’être pour la mise en péril du patrimoine naturel et des ressources en eau de ses montagnes, ressources qui elles s’avéreront réellement stratégiques quand on regarde l’évolution des dernières années et les perspectives à la lumière des futurs bouleversements climatiques. Mais Mr Folliot n’a pas le droit de l’imposer à une population qui n’en veut pas !

Mr Folliot devrait plutôt faire connaître les réponses précises qui ont été apportées par Monsieur le Ministre de l’Économie et des finances à ses interrogations formulées le 20 décembre 2005 au sujet de la fermeture de la mine de Montroc, pour mettre en avant les immenses avancées sociales à attendre de ce type de projet !

Haga clic aqui para la version en espagnol

Le gouvernement de la Bolivie s’est lancé dans des projets extractivistes tous azimuts. Ces faits sont présentés très bien décrits dans les 2 articles suivants :

www.bastamag.net/Bolivie-Amazonie-Evo-Morales-Industries-minieres-extractivisme-Terre-Mere-peuples- autochtones

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-lavaud/blog/120618/la-bolivie-dans-les-griffes-du-dragon-chinois

A la suite d’une prise de contact par les représentants du Tarn de l’ONG CCFD Terre Solidaire du collectif, une rencontre informelle autours d’un « repas fermier » au Sequestre a eu lieu ce vendredi 11 octobre 2019 entre des membres du CCFD Terre Solidaire, un membre de l’association bolivienne CIPCA (centre de recherche et de promotion de la paysannerie) et des membres du Collectif Stop Mines 81.

CIPCA apporte en Bolivie un soutien en première ligne dans la défense des communautés impactées par les projets extractivistes gouvernementaux.
Une discussion dense et instructive a permis de révéler de nombreux parallèles entre la situation vécue en Bolivie et notre projet de mine de tungstène : volonté gouvernementale, entreprises étrangères, promesses de monts et merveilles, mépris des droits et de la situation des autochtones, etc.
Au final, ce sont toujours des enjeux spéculatifs et financiers qui sont les moteurs de ces projets, au détriment des populations.

Dans ce cadre, prenez connaissance de la pétition contre l’impunité des multinationales qui est promue par certains de nos soutiens !
Et pour la signer c’est ici :
https://ccfd-terresolidaire.org/mob/petition-isds-signez-6295

Depuis sa création le 19 juin, l’association Stop Mines 81 œuvre, sur la base de sources sérieuses et vérifiables et de manière aussi exhaustive qu’elle le peut, à informer la population de Fontrieu et des alentours sur le projet de PERM de la Fabrié.
C’est ainsi qu’une journée citoyenne d’information s’est déroulée le 1er septembre à Sablayroles dans un esprit unanimement qualifié de studieux et « bonne enfant ».
Le 13 septembre, en concertation complète et cordiale avec Messieurs les maires adjoints et Monsieur le maire de Fontrieu, le collège et quelques membres de Stop Mines 81 ont rencontré l’ensemble des élus pour échanger courtoisement et respectueusement.
De la même manière, la qualité des questions et des interventions et la très bonne tenue du débat et des échanges au cours de la réunion d’information du 30 septembre à BIOT ont été soulignés à son issue par Mr le sous-préfet, ainsi que par les forces de l’ordre.
Nous lisons et entendons ici et là des articles, courriers, discours qui pourraient laisser supposer que le collectif Stop Mines 81 pourrait être à l’origine plus ou moins directe d’insultes, de menaces ou exercer des pressions à l’égard des conseillers municipaux, du maire, de leurs familles ou de leurs proches.
Il n’en est rien !
Le collectif Stop Mines 81 ne saurait tolérer ce genre de pratiques à l’endroit des élus ou de quiconque, pas plus qu’il ne tolérerait des mises en cause ou des diffamations larvées ou infondées à son endroit.
L’éclairage apporté à la population sur tous les aspects d’une exploration et d’une exploitation minière à Fontrieu était et reste nécessaire en raison de l’absence d’une information objective des services de l’État, la réunion du mois d’avril ayant été par exemple menée par la société de communication représentant Tungstène du Narbonnais !
De la même manière, le manque d’objectivité manifeste et le parti-pris de Mr FOLLIOT dans une récente tribune publiée sur son site INTERNET (https://www.philippe-folliot.fr/philippe-folliot-represente-lors-de-la-reunion-dinformation-sur-le-projet-dexploration-de-tungstene-a-fontrieu/) démontre l’absolue nécessité de bien expliquer et faire connaître les contours et les contenus de ce projet de mine de Tungstène.
Nous y œuvrerons.
En toute quiétude.
Avec détermination.
Le collectif Stop Mines 81.

Les services de l’état organisent une réunion publique
à propos de la demande de PERM.
Elle aura lieu le lundi 30 septembre prochain à 18h30
dans la salle des fêtes de Biot, commune de Fontrieu.

La mobilisation lors de cet évènement est
primordiale et doit être exemplaire.


Il ne faut pas que cette mine se fasse et nous devons être le plus grand nombre possible pour montrer à ceux qui représentent nos dirigeants notre degré de détermination.

Le Collectif