Le gouvernement de la Bolivie s’est lancé dans des projets extractivistes tous azimuts. Ces faits sont présentés très bien décrits dans les 2 articles suivants :

www.bastamag.net/Bolivie-Amazonie-Evo-Morales-Industries-minieres-extractivisme-Terre-Mere-peuples- autochtones

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-lavaud/blog/120618/la-bolivie-dans-les-griffes-du-dragon-chinois

A la suite d’une prise de contact par les représentants du Tarn de l’ONG CCFD Terre Solidaire du collectif, une rencontre informelle autours d’un « repas fermier » au Sequestre a eu lieu ce vendredi 11 octobre 2019 entre des membres du CCFD Terre Solidaire, un membre de l’association bolivienne CIPCA (centre de recherche et de promotion de la paysannerie) et des membres du Collectif Stop Mines 81.

CIPCA apporte en Bolivie un soutien en première ligne dans la défense des communautés impactées par les projets extractivistes gouvernementaux.
Une discussion dense et instructive a permis de révéler de nombreux parallèles entre la situation vécue en Bolivie et notre projet de mine de tungstène : volonté gouvernementale, entreprises étrangères, promesses de monts et merveilles, mépris des droits et de la situation des autochtones, etc.
Au final, ce sont toujours des enjeux spéculatifs et financiers qui sont les moteurs de ces projets, au détriment des populations.

Dans ce cadre, prenez connaissance de la pétition contre l’impunité des multinationales qui est promue par certains de nos soutiens !
Et pour la signer c’est ici :
https://ccfd-terresolidaire.org/mob/petition-isds-signez-6295

Depuis sa création le 19 juin, l’association Stop Mines 81 œuvre, sur la base de sources sérieuses et vérifiables et de manière aussi exhaustive qu’elle le peut, à informer la population de Fontrieu et des alentours sur le projet de PERM de la Fabrié.
C’est ainsi qu’une journée citoyenne d’information s’est déroulée le 1er septembre à Sablayroles dans un esprit unanimement qualifié de studieux et « bonne enfant ».
Le 13 septembre, en concertation complète et cordiale avec Messieurs les maires adjoints et Monsieur le maire de Fontrieu, le collège et quelques membres de Stop Mines 81 ont rencontré l’ensemble des élus pour échanger courtoisement et respectueusement.
De la même manière, la qualité des questions et des interventions et la très bonne tenue du débat et des échanges au cours de la réunion d’information du 30 septembre à BIOT ont été soulignés à son issue par Mr le sous-préfet, ainsi que par les forces de l’ordre.
Nous lisons et entendons ici et là des articles, courriers, discours qui pourraient laisser supposer que le collectif Stop Mines 81 pourrait être à l’origine plus ou moins directe d’insultes, de menaces ou exercer des pressions à l’égard des conseillers municipaux, du maire, de leurs familles ou de leurs proches.
Il n’en est rien !
Le collectif Stop Mines 81 ne saurait tolérer ce genre de pratiques à l’endroit des élus ou de quiconque, pas plus qu’il ne tolérerait des mises en cause ou des diffamations larvées ou infondées à son endroit.
L’éclairage apporté à la population sur tous les aspects d’une exploration et d’une exploitation minière à Fontrieu était et reste nécessaire en raison de l’absence d’une information objective des services de l’État, la réunion du mois d’avril ayant été par exemple menée par la société de communication représentant Tungstène du Narbonnais !
De la même manière, le manque d’objectivité manifeste et le parti-pris de Mr FOLLIOT dans une récente tribune publiée sur son site INTERNET (https://www.philippe-folliot.fr/philippe-folliot-represente-lors-de-la-reunion-dinformation-sur-le-projet-dexploration-de-tungstene-a-fontrieu/) démontre l’absolue nécessité de bien expliquer et faire connaître les contours et les contenus de ce projet de mine de Tungstène.
Nous y œuvrerons.
En toute quiétude.
Avec détermination.
Le collectif Stop Mines 81.

Les services de l’état organisent une réunion publique
à propos de la demande de PERM.
Elle aura lieu le lundi 30 septembre prochain à 18h30
dans la salle des fêtes de Biot, commune de Fontrieu.

La mobilisation lors de cet évènement est
primordiale et doit être exemplaire.


Il ne faut pas que cette mine se fasse et nous devons être le plus grand nombre possible pour montrer à ceux qui représentent nos dirigeants notre degré de détermination.

Le Collectif


Nous continuons à mener activement des démarches vis-à-vis des services de l’État.

Suite à notre demande en date du 8 août, nous avons reçu une partie des documents des différents services instructeurs :

  • avis du préfet du Tarn
  • rapport et avis du délégué départemental du Tarn de l’Agence Régional de Santé (ARS) Occitanie
  • rapport et avis du directeur départemental des territoires du Tarn
  • rapport et avis du directeur régional de l’environnement de l’aménagement et du logement d’Occitanie
  • avis du directeur régional des affaires culturelles d’Occitanie
  • avis de M. le président du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc (PNRHL)
  • avis de la déléguée territoriale d’Occitanie de l’INAO
  • avis de M. le maire de Fontrieu (attention, dans le document transmis par la préfecture, il manque une page. Vous trouverez le document complet sur le site de la Mairie de Fontrieu)

Il manque à ce stade les rapports du ministre de l’économie et du Commissariat général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) qui ne sont pas encore parvenus à la Préfecture. Le Collectif va relancer la DREAL pour les obtenir auprès du service qui les détient.

Si l’obtention de l’ensemble de ces documents peut être considérée comme logique et normale au regard du droit, le collectif tient à souligner néanmoins la démarche de transparence des services de la préfecture.

Vous constaterez à la lecture de ces rapports et avis que les dangers et risques que nous dénonçons sont aussi identifiés par les divers services compétents, par exemple :

  • risques sur les captages en eau potable [agence régionale de santé]
  • risques de contamination des nappes avec des impacts sur les captages d’eau potable et de source (Mont Roucous ®) [direction départementale des territoires]
  • impacts sur les activités agricoles [idem]
  • forte sensibilité environnementale de la faune [parc naturel régional du Haut-Languedoc]
  • etc…

En revanche, il faut souligner que les conclusions sont en complet décalage avec les réserves émises. Tous ces services émettent un avis FAVORABLE (à l’exception de la direction départementale du territoire qui n’émet pas formellement un avis).

En résumé, en avant pour des activités dangereuses dans un milieu extrêmement sensible, et que l’entreprise fasse en sorte qu’il n’y ait pas de problèmes !

Nous restons donc plus que jamais attentifs et déterminés.

Le collège de Stop Mines 81 a rencontré l’ensemble des conseillers municipaux ainsi que M le Maire vendredi 13 septembre à la salle de Biot.

L’objectif principal de cette réunion était de présenter le point de vue et les arguments du collectif, tendant à démontrer la dangerosité du projet de mine de tungstène et donc la nécessité de s’opposer à son avènement.

Les échanges ont été cordiaux et constructifs comme vous pourrez le découvrir dans notre compte-rendu . Le collectif tient à remercier le conseil municipal et Monsieur le Maire pour ce temps de dialogue.

Vous avez été nombreux lors de la journée d’information à nous demander de pouvoir consulter sur le site nos jolis panneaux, voici chose faite !

Est à noter que sur proposition de Monsieur le Maire, ces panneaux seront affichés lors de la réunion publique d’information programmée par les services de l’État le 30 septembre prochain (article plus détaillé à venir).

Restons plus que jamais vigilants et déterminés.

Le collectif.

Nous étions plus de 300, un grand merci encore à vous tous d’être venus si nombreux! Un merci particulier à nos amis de #StopMineSalau #StopMine23 et de Salsigne #Gratte-Papiers , pour leur partage et leurs témoignages des conséquences désastreuses d’un tel projet…

La mobilisation continue, nous ne nous laisserons pas faire !

Couverture médiatique

JT 19-20 Midi-Pyrénées – France 3 Occitanie – 1er septembre 2019
Dépêche France Bleu Occitanie 1er septembre 20h37